Sur les chemins noirs

Sur les chemins noirs

de Sylvain Tesson (2016)

Avec cette traversée à pied de la France réalisée entre août et novembre 2015, Sylvain Tesson part à la rencontre d’un pays sauvage, bizarre et méconnu. C’est aussi l’occasion d’une reconquête intérieure après le terrible accident qui a failli lui coûter la vie en août 2014.
Le voici donc en route, par les petits chemins que plus personne n’emprunte, en route vers ces vastes territoires non connectés, qui ont miraculeusement échappé aux assauts de l’urbanisme et de la technologie, mais qui apparaissent sous sa plume habités par une vie ardente, turbulente et fascinante.

Né à Paris en avril 1972, Sylvain Tesson est un écrivain, nouvelliste et voyageur. D’origine française, il est spécialisé dans la littérature de voyage. En effet, il lui arrive d’écrire des œuvres littéraires inspirées de ces nombreux voyages à l’étranger.

L’avis de nos lecteur/trices : « À lire avec bonheur ! »

Un court extrait

« Il m’aura fallu courir le monde et tomber d’un toit pour saisir que je disposais là, sous mes yeux, dans un pays si proche dont j’ignorais les replis, d’un réseau de chemins campagnards ouverts sur le mystère, baignés de pur silence, miraculeusement vides.
La vie me laissait une chance, il était donc grand temps de traverser la France à pied sur mes chemins noirs.
Là, personne ne vous indique ni comment vous tenir, ni quoi penser, ni même la direction à prendre. »

Sylvain Tesson parle de son livre :

Peut-on définir ce livre comme un journal de voyage ?
« Je parlerais plutôt de journal de marche, mais ce type de journal se heurte à un double écueil : celui de la répétition — tous les jours il se passe la même chose, je me mets en marche, je me repose, je me remets en marche…— et celui de la diffraction. Il faut structurer les sentiments, les idées, les réflexions, les méditations qui accompagnent une progression, afin de ne pas partir dans une effroyable dispersion. Donc ce livre est un journal organisé, un journal a posteriori. Au fond, c’est une forme de récit qui se donne l’apparence du journal. »
-> lire l’intégralité de l’entretien

Soyez le premier ou la première à laisser votre avis sur “Sur les chemins noirs”